Site officiel de la ville d'Ajaccio - Bienvenue à Ajaccio

Site officiel de la ville d'Ajaccio
Situ ufficiali di a Cità d'Aiacciu

@VilledAjaccio Cità d'Aiacciu CitadAiacciuTv citadaiacciu

Philosophie et grands axes du PLU

Resu contu di a riunioni publica in u quatru di u PLU
Une réunion publique s’est déroulée mercredi 14 novembre à l’Espace Diamant dans le cadre de la concertation autour du futur Plan Local d’Urbanisme (PLU). Compte rendu.



Le public présent a pu assister à une présentation en projection du PLU, ses grandes lignes et sa philosophie. Cette réunion d’information est intervenue dans la continuité d’une présentation du document en conseil municipal, le 12 novembre 2018 (sans vote) et avant l’arrêt du PLU qui aura lieu le 28 novembre 2018.
Une fois l’arrêt voté, le PLU entrera dans une phase de consultation des Personne Publiques Associées (PPA), durant 3 mois. Ces PPA – au rang desquelles figurent la Chambre d’Agriculture, la Collectivité de Corse, les associations de protection de l’environnement – ont déjà eu connaissance du document et ont participé à plusieurs réunions. Cette phase de consultation terminée, l’enquête publique sera ouverte pendant un mois, permettant à la population de prendre connaissance de tous les documents du PLU. Elle pourra alors formuler des observations et faire valoir ses intérêts. L’ensemble des avis formulés seront repris par le commissaire enquêteur et la Ville devra apporter à chaque requête une réponse. Une fois l’enquête publique achevée et la réponse de la commune produite, l’approbation du PLU devrait intervenir en juin ou juillet 2019.

Les grands axes

La présentation aborde la philosophie générale et les grands axes du PLU, ainsi que quelques chiffres sur l’évolution de la ville – notamment dans sa démographie et le nombre de logements à produire – sur une période de 15 ans, soit la durée de vie du PLU.
Le travail d’élaboration du PLU s’est fait dans un contexte très contraint. Contraint par les risques naturels et technologiques, contraint par l’obligation de mise en comptabilité du PLU avec le PADDUC, contraint par la législation, et notamment la Loi Littoral, contraint par les espaces réservés par la collectivité pour de futurs équipements publics, contraint par les choix politiques engagés auprès de la population, avec entre autre l’abandon de la liaison Mont Thabor – Stiletto.
 
 

Le contexte et la concertation

Au contraire des POS et des cartes communales qui se concentrent sur le plan, le PLU porte l’aménagement communal sous l’angle du projet et de l’intérêt général. A partir d’un diagnostic qui fait ressortir l’ensemble des enjeux auxquels fait face la ville, le PLU propose un Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD), qui présente l’ensemble des actions que la commune entend engager dans les 15 années.
Via le zonage (règlement graphique et règlement écrit), le PLU décline les actions du PADD sur le territoire communal et les justifie dans le volume II de son Rapport de Présentation. Enfin, dans le volume III de son Rapport de Présentation : l’évaluation environnementale ; le PLU évalue ses incidences et propose un ensemble de mesures d’évitement, de réduction et de compensation pour pallier son incidence sur l’environnement.
 
Pour que l’intérêt général prime, le PLU fait l’objet d’une concertation ouverte durant toute son élaboration. A Ajaccio, la concertation s’est, notamment, traduite par des échanges avec la population, via des réunions publiques et de quartier, l’animation d’ateliers et des entretiens particuliers en mairie. A cet effet un registre a été ouvert pour recueillir la voix de tous et reste accessible en Mairie.

"Implication"

A partir de ce registre, et des différents échanges réalisés, des remarques sont ressorties et ont été traduites, dans cette présentation de mercredi 14 novembre 2018, sous forme de sites et de mots-clés qui ont été repris dans le PLU : des sites qui représentent des espaces à reconquérir, des sites d’aménités, des sites privatisés alors qu’ils devraient être accessibles à tous, … ; des mots clés qui traduisent des attentes (de végétal, de fraîcheur, de qualité au sens large, …) et des craintes (congestionnement de la ville, perte d’identité, trop de construction, …). Parmi l’ensemble des mots cités, « l’implication » a retenu l’attention car celle-ci porte tant sur l’attente d’implication des élus que sur l’envie d’implication de la population.

Elaboration contrainte

L’élaboration du PLU est extrêmement contrainte. Par la loi, tout d’abord, là pour faire en sorte que l’intérêt général prime sur l’intérêt particulier.
Par la question des risques, également, très importante à Ajaccio avec les risques naturels (inondation, mouvement de terrain, submersion marine, feu de forêt) et les risques technologiques (risque SEVESO).
Enfin, la question de l’environnement, avec la très forte présence d’espèces protégées sur le territoire communal (tortues d’Hermann par exemple) qui imposent l’obtention d’autorisations ministérielles pour réaliser des aménagements (projet routier de Caldaniccia par exemple). Pour traiter ces cas particuliers, un travail avec le Conservatoire des Espace Naturels de Corse est engagé.

La réponse de la ville via son PLU

 
  • La nature en ville :
 Le PLU prévoit le maintien des arbres en villes et des Espaces Boisés Classés. Un travail de confortation des EBC a été réalisé.
La question des parcs est abordée : peu de parcs de qualité ou des parcs non aménagés actuellement. Dans le PLU, le recours à l’article L 151-19 garantit le maintien des parcs et jardin tout en en autorisant l’aménagement, pour la création de parcs plus attrayants et mieux végétalisés.
Enfin, il est prévu la réalisation d’un parc urbain sur les anciens terrains militaires de St Joseph.
  • L’accès au littoral :
La mise en place d’un zonage particulier permet l’accessibilité aux plages et des aménagements légers.
  • Espace public – partage – jardins
Concernant l’aménagement de la citadelle, plusieurs usages sont prévus : habitat, jardin, habitat social, hôtel, auberge de jeunesse.
Concernant les espaces publics et de partage, le PLU met en place des obligations règlementaires et des préconisations dans les quartiers pour ouvrir les quartiers les uns aux autres. En effet, le maillage s’est fermé petit à petit entre les quartiers de la ville centre et de la périphérie.
  • Les déplacements
Réflexion sur la multimodalité dans le PLU : le réseau de bus, la navette maritime, le tram-train, le projet de liaison par câble. La fluidité des déplacements urbains est recherchée.
Un travail sur les parkings relais est également engagé, en appui des nouvelles solutions de transport en commun telle la navette Aiaccina, qui permet de circuler de la gare vers la place du diamant. Le succès de celle-ci fait que des véhicules plus grands vont être déployés pour remplacer les navettes exigües.
Le nombre de vélos en ville a doublé en un an.  Il faut donner la priorité à ce choix, utiliser les liaisons douces le plus possible dans les quartiers. Le PLU prévoit de créer des maillages qui auront vocation à permettre une circulation douce et de faibles flux au sein des quartiers et entre eux.
  • La qualité
La question de la qualité des nouveaux quartiers est abordée, ainsi que celle de la qualité des services dans les quartiers. A cette effet, le PLU donne plus de latitude à la ville pour mobiliser la Société Publique Locale d’aménagement AMETARRA - qui travaille déjà sur l’aménagement de certains projets (Citadelle, quartier du Finosello, Cœur de ville, …) – pour pouvoir intervenir sur des espaces encore non aménagés entre la Pietrina et l’ancien hôpital et au cœur du quartier de Trabacchino. Inscrit dans une logique de maîtrise publique de l’aménagement, cette mobilisation donnera lieu à la tenue d’ateliers publics qui permettront l’implication de la population dans la définition des projets.
Ajaccio, avec 72000 habitants aujourd’hui et 85500 en 2034, a de réels besoins en logements. En tenant compte des dernières opérations, la ville doit produire 6500 logements d’ici à 15 ans, dont 25 à 35% de logements sociaux (permettant d’atteindre le seuil de 25% dans la ville en tenant compte du logement social de fait).
 
Ajaccio fait actuellement l’objet de nombreux projets. Ces projets la ville les subit dans le sens où rien ne permet aujourd’hui à un élu de bloquer un projet si celui-ci est conforme au PLU 2013. Le seul outil disponible est le sursis à statuer, qui permet en phase d’élaboration d’un document d’urbanisme, de mettre en attente un projet qui sera alors étudié après approbation du nouveau PLU (ce dispositif a été utilisé par la commune pour empêcher la consommation d’espaces derrière l’hôpital qui pourrait être nécessaire à son extension).
 
Pour faire en sorte que la commune reprenne la main sur son urbanisation, le PLU emploie plusieurs dispositifs, entre des zones d’urbanisation fermées et des Périmètres d’Attente de Projet d’Aménagement Global, qui ne pourront ouvrir l’urbanisation qu’avec l’approbation des élus et la concertation de la population. Par de tels dispositifs la ville marque une temporisation de son développement : privilégier la densification et la finalisation de l’aménagement des quartiers avant d’étendre l’urbanisation. Elle prend ainsi la main sur toutes les grosses opérations.
Une cartographie permet de constater l’importance de cette stratégie. Hors périmètre d’attente et zones à urbanisation fermée, 1740 logements peuvent être construits en ville du centre jusqu’à Bodiccione. Les deux périmètres d’attente de Trabacchino et de la Pietrina/ancien hôpital permettent, à eux seuls, la réalisation de 1400 logements, dans le cadre d’un renforcement de l’urbanisation dans des dents creuses.

Concernant la qualité des espaces, la règle est le partage de l’espace public au pied des immeubles. De plus, Le PLU impose un traitement à la parcelle : un projet ne peut pas engendrer des incommodités sur les parcelles d’en dessous par exemple.
 
 

Et dans la salle, les échanges...

Les interventions du public et les réponses apportées par la Ville et le bureau d'étude


- Les cartes montrées à l’écran seront-elles visibles quelque part ?

Quelques éléments du PLU sont mis à disposition ce soir, le reste des documents sera mis à disposition en Mairie et sur internet après le conseil municipal du 28 novembre.

- Ce que vous nous avez présenté est un constat que nous aurons pu tirer il y a des années déjà, les constructions anarchiques, le manque d’organisation préalable ? J’avais déjà fait un courrier pour organiser le développement sur la rocade, mais sans suite. Les intentions exposées sont excellentes, mais cela fait 50 ans que ça dure. Concernant les arbres, les platanes ont tous été coupés à Mezzavia, tout un périmètre au Stiletto est en train d’être entamé.
Aux Salines, une nouvelle école va être livrée avec une place bétonnée, sans arbres.
Sur le cours Napoléon, pas de politique de l’arbre, sur la route des sanguinaires, l’EBC est présent depuis 1951, mais on voit le résultat. Quelle est la politique réelle des espaces verts ? de plus il est difficile d’aller dans les espaces verts sans prendre le bus ou la voiture. Concernant les bus, rotation pas suffisante, un bus toutes les 45 minutes. Concernant les Espaces Boisées Classés détruits au Stiletto, une procédure est en cours car cette coupe était illégale.

Concernant les points d’ordre technique, l’absence de programmation sur Ajaccio et l’absence de planification. Ajaccio s’est construit sans aucun document d’urbanisme, le POS était un document règlementaire qui disait ce qu’on pouvait faire mais pas comment l’aménager. 
Dans le PLU 2013, dans la réglementation, les OAP n’étaient pas obligatoires, aujourd’hui elles sont obligatoires et il y en a dans le nouveau PLU. Cela représente tout un panel de mesures qui permettent de réaliser un aménagement futur.


- Si je comprends bien, la commune aurait la main sur les promotions et ne laissera plus les promoteurs décider de faire ce qu’ils veulent, c’est ce que vous voulez nous faire croire ?

Les zones à construire ne pourront être mises à l’urbanisation de manière règlementaire, lorsque le besoin se fera sentir.
Concernant la place de l’arbre en ville, les jardins, au Casone par exemple, étaient en EBC, il n’était ainsi pas possible de faire des aménagements. L’article L 151-19 utilisé dans le PLU permet d’aménager de manière plus récréative ces espaces.
Aux Salines et aux Cannes, des dizaines d’arbres ont été plantés, et d’autres seront encore plantés mais il faut respecter la saisonnalité. 
Ecole des salines : une plantation d’arbres est prévue et un parking pour les parents également. A St joseph, un parc de stationnement est prévu pour le téléporté, qui est intégré dans le PDU (actuellement en enquête publique et consultable sur le site internet de la CAPA et à la CAPA aussi). 
Tous les documents après arrêts seront consultables.
Concernant les platanes de Mezzavia, ils ont été abattus à cause d’un problème de sécurité routière, d’élargissement de la voie. les travaux ont été retardés à cause des arbres. Les platanes ont été sacrifiés pour les besoins d’un aménagement utile


- Représentante de l'association Le Garde : Nous avons beaucoup travaillé sur les risques Seveso.
Concernant les arbres, les remontées de nos adhérents sont les suivantes : nous sommes dans un cycle de réchauffement climatique, l’arbre doit retrouver sa place en ville. Il faut trouver un moyen, car au front de mer les palmiers auront disparu. Nous souhaiterions avoir un schéma d’aménagement, une trame verte. Il faut arrêter de planter des immeubles en ravageant les collines et planter des arbres porteurs de maladie. Quelque chose d’important, les trois « containers bariolés » sur le port pour les ventes de billet pour les promenades en bateau dénaturent les lieux, ces lieux dépendant de la chambre de commerce et d’industrie. Peut-on avoir un plan de la trame verte sur Ajaccio ?

Oui la trame sera visible. De plus il est prévu que la chambre de commerce règle le problème des « containers bariolés ».

La ville maitresse de son urbanisme, c’est une bonne nouvelle.
Qu’en sera-t‘il de la pénétrante de Caldaniccia - hôpital où plutôt centre commercial – hôpital ? cela représente des tranchés de plusieurs mètres de haut. A la confina la vie existe, les résidences sont vivantes. Avec la pénétrante, destruction decette vie, destruction de la tortue d’Hermann. Est-ce que la ville a quelque chose à voir avec le projet ? Cette pénétrante est présentée comme un moyen de desservir l’hôpital d’Ajaccio, on permet une circulation vers l’extérieur pour des grandes surfaces et des intérêts privés, et on engorgera encore plus la ville et l’entrée de l’hôpital. 

Concernant la question de la pénétrante, c’est un ouvrage Collectivité De Corse, le constat est partagé. Ce sont des problématiques complexes, mais qui convergent vers une même réflexion de territoires : le souci est de répondre et de retranscrire les besoins d’une population qui y vit.
Ce n’est pas un slogan : passer d’un urbanisme subit à la volonté de reprendre en main l’aménagement, une démarche associée et de partenariat, expliquer ce que l’on souhaite corriger, infléchir.
Sur le plan de l’habitat, il y a un déséquilibre structurel.
Réfléchir à plusieurs niveaux du territoire, il ne faut pas opposer le petit commerce à la grande surface. Faire en sorte que le commerce de proximité soit en rapport avec la reconnexion du centre-ville accessible, et que la périphérie propose un certain nombre de choses.
Très complexe, la phase de diagnostic est là pour poser le bon constat et les bonnes questions.

Demande de précisions, questions concrètes : d’après ce que l’on vient d’entendre, la priorité est celle de préserver des espaces naturels dans le centre-ville ? y a-t-il une hiérarchisation ? Faut-il combiner ces thématiques dans tous les quartiers ? Il faut contribuer à élaborer ce que deviendra le cœur de ville. Il y a un projet en partie touristique dans le cœur de ville (Citadelle), un projet international, mais que se passe-t-il aux Jardins de l’Empereur ? Préserver des espaces verts significatifs ? Imaginer un parc paysager significatif ? Est-ce que dans l’espace aux environs de l’Eco-quartier de la miséricorde, il y aura un parc ? un EBC ? Concernant le périmètre d’attente, c’est un point de règlement adossé au PLU. C’est un projet d’intérêt général inédit, sur lequel il faut porter une grande attention.

Concernant la problématique de liaison, l’idée n’est pas de faire des quartiers sous cloche. L’Eco quartier de la Miséricorde est renforcé par un projet d’ascenseur urbain pour reconnecter au cours napoléon. L’idée est de proposer dans cette zone une réponse en termes de relais. Limiter les accès en voiture, pouvoir connecter le cours Napoléon, soutenir les petits commerces.
Créer un maillage et pouvoir améliorer le fonctionnement interurbain.
L’Idée est d’avoir une réponse a l’accessibilité des espaces publics. L’accès et l’appropriation par les ajacciens est un critère prioritaire.
Le but n’est pas de livrer un espace comme ça a des promoteurs. Il faut prendre le temps et utiliser les outils disponibles.
Un outil de programmation sur le périmètre du quartier de l’ancien hôpital et Pietrina est utilisé : Le PAPAG, Périmètre d’Attente de Projet d’Aménagement Global. La collectivité à la main mise sur l’aménagement global d’une zone. 
Cet outil d’aménagement global est maitrisé par la ville et la CAPA via la Société Publique Locale. On ne le livre pas ce quartier au gré de la volonté des gens. L’Espace est partagé : constructions, voies de circulation, barreau de liaison prévu, les choses ne sont pas figées. 


-D’une façon ou d’une autre les ajacciens seront consultés pour cette zone (Miséricorde, Pietrina, terrain au-dessus du Lycée Laetitia) ?

Il y a un EBC dans ce périmètre qui ne pourra pas être touché. Pour le bouger, il faut forcément passer en commission (CDNPS).

- Si cet espace boisé est tout petit, cela ne sert à rien.

Non il n’est pas petit. 
Sur la surface de l’hôpital, on ne peut pas laisser une friche vide. Au lieu de se déplacer à Aspretto, les services de l’Etat pourraient se déplacer à cet endroit, aussi dans le but de continuer à faire vivre le centre-ville.
La structure de l’hôpital serait utilisée pour une cité administrative, et autour, des bâtiments. Dans le cadre d’un écoquartier, la concertation et la programmation générale sont utilisés.

Le terme « transition énergétique » n’a pas été abordé, dans le cadre d’un PLU on peut faire des prescriptions pour l’aménagement avec des énergies positives ?
Dans le règlement, envisagez-vous des prescriptions architecturales et utiliser les énergies renouvelables ?

La transition énergétique est prévue dans le PLU. Le climat représente un vrai problème. Actuellement, des audits énergétiques des bâtiments communaux ont été réalisés pour connaître leur charge en énergie et pouvoir y remédier. Nous avons eu, avec l’action cœur de ville, voulu remédier à la déperdition énergique des bâtiments communaux.
Dans l’écoquartier cette notion est largement prévue. Les arbres aussi devront être adaptés à ce changement climatique.


- Quartier oublié. Inondations, moustiques, grenouilles. Il faut un réseau digne de ce nom au Vazzio, qu’avez-vous prévu pour ce quartier ?
Nous n’avons assisté à aucune réunion, nous n’avons jamais été conviés aux ateliers, l’ANRU, la cohésion sociale, je connais. C’est ce que j’ai voulu pour le Vazzio. Dans le PLU qu’avez-vous prévu de structurant ? des réseaux, des routes ? La situation ne change pas depuis des années.
A quand une réunion ? A quand de véritables projets pour ce quartier ? Plus de 7000 riverains empruntent cette route. A l’heure actuelle, ce que nous demandons c’est la sécurité des riverains. Le quartier du Vazzio a été complètement zappé.

Le Maire, qui a introduit la séance, a précisé que cette réunion portait sur l’intérêt général et non sur l’intérêt particuliers. Des travaux sont prévus, cela fait partie des quartiers qui ont des difficultés, des quartiers qui ont besoin d’être refaits, mais l’ANRU n’a pas souhaité se pencher sur ce quartier, et la commune seule a moins de moyens. Trois variantes de la route ont été proposées pour la route de l’hôpital et mises en enquête publique (Ricanto, St joseph, Pietralba).
Un plan est cours d’exécution. Concernant les échanges, une réunion doit être organisée afin de faire un point.
Beaucoup de choses vont se passer dans le quartier, mais moins de constructions.

-Un point n’a pas été cité jusqu'à présent : l’agriculture. La commune est aussi un territoire à vocation agricole. Que faire des ESA identifiés par le Padduc ? Quel sera le positionnement dans le cadre du projet de la deux fois deux voies du rond-point de Socordis jusqu’à Mezzana ? Un vaste espace agricole serait impacté. 
Vous, commune d’Ajaccio, est ce que vous entendez maintenir les espaces agricoles ou est-ce que ceux-ci seront dévastés ?

Espaces agricoles conservés.
Deux points : Ajaccio a commencé à réaliser un DOCOBAS avant même que l’Odarc n’ai établi un cahier des charges. Premier DOCOBAS de l’île. La mise en place d’un diagnostic et la rencontre des agriculteurs de la commune a permis la réalisation d’une cartographie précise de l’ensemble des parcelles exploitées sur Ajaccio. Le PADDUC préconise 1621 ha d’ESA, 1622 ha d’ESA sont proposés par le PLU.
Projet au rond-point de Socordis : c’est un projet de la CDC, un emplacement réservé est inscrit dans le PLU. 
Des actions d’évitement, de réduction et de compensation peuvent être engagées. Une étude est engagée pour qualifier l’utilisation de ces terrains et identifier des mesures correctives (compensation, compensation collective etc.).
Le PLU comporte un DOCOBAS, et un DOCBAS intercommunal a été lancé.

Je suis fils d’agriculteur : combien d’agriculteurs seront installés et dans combien de temps ?

La ville d’Ajaccio a une politique agricole. Un des objectifs des ESA est d’identifier les potentialités agricoles et a terme, proposer à des jeunes agriculteurs de venir s’installer. Mais nous ne pouvons pas vous dire combien d’agriculteurs seront intéressés.

 La concertation : échange positif entre élus et citoyens. Mais que peut faire le citoyen ?  Dans la phase actuelle, je ne crois pas qu’on puisse avoir de réunions avant le 28 novembre.
Le PLU sera arrêté, donc figé. Concertation pendant 3 mois des PPA, et ensuite enquête publique.
Le Conseil Municipal doit tenir compte des conclusions du commissaire enquêteur, qui fait des recommandations. La phase de concertation effective, concrète, sera l’enquête publique et ensuite vient l’appréciation du commissaire enquêteur. La participation des citoyens est projetée dans l’enquête publique. Entre le cadre général et la réalité du terrain, il y a une différence énorme. Le PLU 2013 est utilisable jusqu’au nouveau document. Comment les aspirations des citoyens peuvent se traduire concrètement ?

Le processus est rappelé dans la newsletter. Les réunions de quartier existent également, où des sujets bien identifiés sont traités. C’est une démarche qui permet d’alimenter des réflexions sur des problématiques de quartiers.
Il faut également insister sur l’enquête publique, plus les gens seront nombreux à venir s’exprimer, plus le PLU sera riche.


- J’ai acheté un appartement dans le quartier du Loretto, et j’apprends ce soir qu’il y a un risque Seveso. Deuxième question : quel est le plan au niveau des pistes cyclables ? Dans combien de temps pourrais-je faire du vélo en ville ?

Le risque Seveso, concerne un rayon d’1,5km autour des cuves. Le fait d’encoffrer les cuves du gaz du Loretto, réduit le risque sur un périmètre de 100m seulement.
Toutefois, il est considéré qu’à partir du moment où les travaux ont commencé le risque n’existe plus.
Le plan vélo est prévu dans le PDU, qui est intégré dans le PLU.
Les travaux se feront au coup par coup. 


- Vous héritez d’une situation difficile pour le PLU. Très intéressant : on parle de mobilité, on parle de quartier qui se rejoignent, on revient sur l’esprit du village. Je milite pour une ville accessible à tous. 
La Résidence des palmiers à st jean, le chemin traversé par le canal de la Gravona, ce chemin devrait être refait. C’est un chemin qui rejoint un quartier a un autre. Et à partir du Loretto, on peut rejoindre les jardins de l’Empereur et le parc Berthault. Je ne suis pas pour consommer la ville.
On a pas parlé de la notion économique, on a parlé d’Ajaccio, de ce qu’on veut faire d’Ajaccio pour demain, sans parler de saisonnalité. Ajaccio doit être ouverte, florissante, il faut qu’il y ai de l’air, des arbres, des jardins familiaux, des commerces de proximité, que les gens puissent se promener. Concernant le logement, quand on voit grandir tous ces immeubles, on se dit que le prix va augmenter. Actuellement, je préfère Ajaccio à Sarrola-Carcopino, qui est la cité de l’horreur. Je préfère labelliser Ajaccio, et faire vivre ces quartiers.

- La dimension agricole évoquée nous rapproche de circuits courts, qui rapproche de la notion économique, sociale, culturelle. Est-ce que l’on peut imaginer que se mène une réflexion entre la possibilité de rapprocher les acteurs du grand Ajaccio avec les usagers du centre-ville a la manière des Amap par exemple ? Afin que les productions puissent trouver une perspective de contact avec leurs clients directement.
Il faudrait mettre aussi en place un processus de formation pour les jeunes agriculteurs, car il y a un manque de « bras » à Ajaccio. Le PLU pourrait être l’occasion d’initier cette démarche qui est à plusieurs niveaux.

Agriculture de proximité et circuit cours, le PLU s’en est préoccupé. A l’échelle de la CAPA, un marché des producteurs au niveau de la zone de Mezzana est en train de s’organiser. De plus, au niveau du contour d’Ajaccio, on essaye de conserver une trame agricole afin d’avoir des circuits courts de production (maraichage).
Dans chaque OAP, lorsque certains terrains, qui deviendront des quartiers, seront ouverts à l’urbanisation, il est prévu des trames de jardins partagés et des zones maraichères qui ne pourront pas être construites.
Concernant le dossier de la citadelle, ont été mis en place un processus de cession de l’état et un processus d’évaluation de la valeur de la citadelle, ce qui a valu une série de classements et d’inscriptions.
Cession de l’état à la ville qui sera propriétaire. Dans les intentions d’aménagement, la ville s’est intéressée aux destinations que pourrait avoir la citadelle, avec une déambulation la plus large possible.
Cela a fait l’objet d’une étude de référence générale, en attente du prix, et de la date d’acquisition, qui aura lieu à la fin du premier trimestre 2019. La phase de concertation sera entamée lorsque la ville sera propriétaire.
C’est un processus qui n’implique pas que la commune, il faut respecter le déroulement du processus.



Nos coordonnees
Hôtel de Ville

Responsable : Laurent Marcangeli, Maire Avenue Antoine Serafini 20304 Ajaccio cedex - BP 412 Tél : 04 95 51 52 53

Navigation

Les élus

 

Ordres du jour & Délibérations

Séance du 25 mars 2019 Délibérations du 25 février 2019 Délibérations du 28 janvier 2019 Délibérations du 28 novembre 2018 Délibérations du 17 décembre 2018 Délibérations lundi 05 novembre 2018 Délibérations du 12 novembre 2018 Délibérations du 24 septembre 2018 Délibérations du 30 juillet 2018 Délibérations du 27 juin 2018 Délibérations du 28 mai 2018 Délibérations du 23 avril 2018 Délibérations du 27 mars 2018 Délibérations du 19 février 2018 Délibrations du 29 janvier 2018 Délibérations du 18 décembre 2017 Délibérations du 27 novembre 2017 Délibérations du 06 novembre 2017 Délibérations du 25 septembre 2017 Délibérations du 31 juillet 2017 Délibérations du lundi 29 mai Délibérations du 26 avril 2017 Délibérations du 18 avril 2017 Délibérations du 27 janvier 2017 Délibérations du 19 décembre 2016 Délibérations du 7 novembre 2016 Délibération du 13 octobre 2016 Délibérations du 26 septembre 2016 Délibérations du 1er août 2016 Délibérations du 16 février 2015 Délibérations du 26 juin 2017 Délibérations du 8 février 2015 Délibérations du 13 mars 2017 Délibérations du 9 mars 2015 Délibérations du 23 mars 2015 Délibérations du 27 juin 2016 Délibérations du 30 mai 2016 Délibérations du 25 avril 2016 Délibérations du 21 mars 2016 Délibérations du 22 février 2016 Délibérations du 25 janvier 2016 Délibérations du 21 décembre 2015 Délibérations du 26 novembre 2015 Délibérations du 26 octobre 2015 Délibérations du 28 septembre 2015 Délibérations du 27 juillet 2015 Délibérations du 6 juillet 2015 Délibérations du 1er juin 2015 Délibérations du 27 avril 2015 Délibérations du 7 avril 2015  

Comptes rendus des conseils municipaux

Séance du 25 février 2019 Séance du 28 janvier 2019 Séance du 17 décembre 2018 Séance du 28 novembre 2018 Séance du 12 novembre 2018 Séance du 5 novembre 2018 Séance du 24 septembre 2018 Séance du 30 juillet 2018 Séance du 27 juin 2018 Séance du 28 mai 2018 Séance du 23 avril 2018 Séance du 27 mars 2018 Séance du 19 février 2018 Séance du 29 janvier 2018 Séance du 18 décembre 2017 Séance du 27 novembre 2017 Séance du 06 novembre 2017 Séance du 25 septembre 2017 Séance du 31 juillet 2017 Séance du 26 juin 2017 Séance du 29 mai 2017 Séance du 26 avril 2017 Séance du 18 avril 2017 Séance du 13 mars 2017 Séance du 27 janvier 2017 Séance du 19 décembre 2016 Séance du 7 novembre 2016 Séance du jeudi 13 octobre 2016 Séance du lundi 26 septembre 2016 Séance du lundi 1er août 2016 Séance du lundi 27 juin 2016 Séance du lundi 30 mai 2016 Séance du lundi 25 avril 2016 Séance du lundi 21 mars 2016 Séance du lundi 22 février 2016 Séance du lundi 25 janvier 2016 Les comptes rendus des conseil...  

Recueil des actes administratifs

Formalités Électorales

Tribune de l'opposition

 

Réglementation des enseignes et publicités éxterieures

Actualités de la ville

 

Les sites d'Ajaccio :

Communauté D'agglomération Pays Ajaccien I * AJaccio Palais Musée Fesch Opération Grand Site :: Les iles Sanguinaires et la Parata U Palatinu Parlami Corsu -->