Menu
Ajaccio.fr
Site officiel de la ville d'Ajaccio - Bienvenue à Ajaccio

Site officiel de la ville d'Ajaccio
Situ ufficiali di a Cità d'Aiacciu

@VilledAjaccio Cità d'Aiacciu

"Le Plan d'aménagement et de développement durable est le portrait de la ville pour les quinze prochaines années."

U Pian d'accunciamentu è di u sviluppu durevule hè un prugettu di a Cità par i quindici anni à vene.
Feuille de route du Plan local de l’urbanisme, le PADD en est à sa phase de validation. Nicole Ottavy, adjointe au maire en charge de l’urbanisme nous en explique les enjeux.



Qu’est-ce qu’un Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) ?
Nicole OTTAVY. C’est avant tout une opportunité donnée par la loi d’avoir une vision, une ambition et un portait de la ville pour les quinze prochaines années. A ce titre, il décline les différentes orientations générales d’aménagement portant tout autant sur le développement et le rayonnement économique, l’amélioration et le renouveau de la trame urbaine, que sur la sauvegarde et la valorisation de notre patrimoine culturel, environnemental et agricole.
 
Pourquoi une concertation est-elle utile ?
N.O. Elle est tout d’abord obligatoire. Aujourd’hui, un défaut de concertation peut être un motif d’annulation du document d’urbanisme. Cela étant, c’est aussi une chance de pouvoir confronter notre vision d’élus aux attentes des Ajacciennes et des Ajacciens. C’est pour cela que nous avons souhaité aller plus loin que le simple cadre légale et engager un travail de concertation de longue haleine, qui a figuré le point de départ à l’élaboration du document.

Quels sont ses axes structurants
N.O. Lors de nos rencontres avec les habitants et les acteurs de la ville, des termes nous ont interpelés : « perte de dynamisme », « vieillissement », « congestionnement », « minéralisation »... Des termes qui révèlent une véritable attention et un fort attachement des Ajacciens pour leur ville.
Notre ambition de ville s’est d’ailleurs construite dans une logique de développement durable, autour de trois grandes thématiques. Améliorer le rayonnement et le fonctionnement de la ville. Promouvoir un développement urbain équilibré et répondre aux besoins en logements sociaux. Protéger et mettre en valeur les espaces naturels et agricoles.
« Nous, élus d’Ajaccio, ne souhaitons pas que de nouvelles villes chinoises sortent sur le territoire communal. »

Pouvez-vous davantage développer cette vision de la ville portée par le PADD ?
N.O. Avec ces trois orientations, le PADD porte une vision de ville ambitieuse.
En termes de rayonnement, pour qu’Ajaccio retrouve son statut de capitale, nous voulons l’ouvrir sur le bassin méditerranéen. A cette fin nous proposons des leviers d’actions autour de la culture, de l’environnement, du cadre de vie et des savoir-faire, pour soutenir les activités économiques innovantes et traditionnelles. Il ne s’agit plus de se satisfaire de la présence massive d’administrations, qui maintiennent à flot notre économie à l’année, et de picorer des revenus liés au tourisme la belle saison venue.
Sur la question du développement urbain, Ajaccio est une ville qui a besoin de logements. C’est un état de fait qui dure malheureusement depuis de nombreuses années et qu’il n’est pas si simple de résorber. Aujourd’hui, l’Etat, par l’entremise de la loi pour l’Amélioration du Logement et un Urbanisme Rénové, dite Loi ALUR, nous impose, sous la menace d’amendes, une marche forcée. Or, nous, élus d’Ajaccio, ne souhaitons pas que de nouvelles villes chinoises sortent sur le territoire communal. Sous couvert de soi-disant mixité sociale, on ne construit que des futurs ghettos. Pour, à la fois, éviter ce risque et répondre aux besoins des habitants, nous avons décidé d’axer notre développement urbain sur deux trajectoires. Tout d’abord, réinvestir le centre-ville et ses quartiers. On ne le voit peut être pas de prime abord mais, hors des espaces publics et des emprises bâties, Ajaccio est constellé de petites friches qui pourraient être avantageusement valorisées par de la création de logements à taille humaine. Ensuite, renouveler les franges urbaines pour garantir une qualité sur les entrées et périphéries de la ville. C’est un constat que tout le monde fait, ces quinze dernières années, les espaces positionnés au Nord de la rocade se sont développés anarchiquement. C’est pourquoi, nous souhaitons ramener de la cohérence dans l’enveloppe urbaine. Certains secteurs enchâssés dans une trame bâti diffuse présentent des zones de friches en devenir délaissées par l’agriculture. Nous pourrions y envisager des zones de projets pour revitaliser le secteur.
Protéger et mettre en valeur les espaces naturels et agricoles, c’est avant tout interroger les relations entre la ville et son environnement. Ajaccio est une commune urbaine qui dispose d’un territoire très important de plus de 8000 ha. Comme toute ville, Ajaccio doit pouvoir se développer. Cela se fera dans l’enveloppe urbaine préexistante. Sur ces 8000 ha, plus de deux tiers des surfaces sont vierges de toutes constructions et ne sont plus exploitées en agriculture. Notre devoir est de tout mettre en œuvre sur ces espaces pour y protéger la biodiversité singulière et pour y redéployer une agriculture adaptée au profil et aux besoins d’Ajaccio. Nous y travaillons aujourd’hui avec un projet agricole et environnemental, que nous élaborons et que nous voulons cohérent à l’échelle de la microrégion.  
« Le PADD pose les bases de notre projet de refonte urbaine que nous avons baptisé « Ajaccio 2030 ».

Quels sont les enjeux du PADD pour Ajaccio ?
N.O. Les enjeux du PADD sont multiples. Il y a la fois, comme expliqué plus haut, une question de prise en compte des besoins de la population et une obligation de s’inscrire dans un cadre légal très contraint. Sans entrer dans le détail, le PADD décline des solutions qui seront compatibles avec les orientations fixées par ce qu’on appelle les « documents de rang supérieur », le PADDUC et ses espaces stratégiques agricoles par exemple.
Le PADD intègre également l’ensemble des risques naturels et technologiques présents sur la commune. L’objectif est alors de ne pas exposer les populations, par évitement des zones inondables par exemple, ou d’apporter des solutions pour réduire l’exposition de celles déjà concernées, en créant des bassins de rétention, en améliorant le réseau d’écoulement des eaux pluviales…
Le PADD pose les bases de notre projet de refonte urbaine que nous avons baptisé « Ajaccio 2030 ». Face aux risques de dévitalisation du centre-ville figuré par l’émergence de pôles d’habitats et de commerces en périphérie, le Député-maire a, dès son investiture, porté sur les fonts baptismaux la Société Publique Locale d’Aménagement Ametarra. Il s’agit de donner les moyens à la ville de conduire le développement urbain et de ne plus en rester à simplement enregistrer les permis de construire. On reproche souvent aux élus d’avoir de belles intentions et puis de se faire discrets au moment de passer à l’action. Ametarra est un outil opérationnel qui, tel un promoteur public, va étudier un problème, porter un projet, mobiliser du foncier et des moyens financiers pour lancer et piloter des opérations urbaines.

Quels sont les liens entre le PADD et le PLU ?
N.O. Le PLU n’est pas qu’un simple plan de zonage assorti d’un règlement. C’est avant tout un document composé de plusieurs pièces qui précise un contexte, développe un projet, détaille des aménagements et expose les modalités de constructibilité. Le tout, forme le projet de ville pour les 15 ans à venir.
Dans cette imbrication de pièces, le PADD représente la feuille de route du PLU. Il en est le plan fonctionnel qui révèle l’articulation des différentes solutions portées par la commune pour répondre aux besoins de ses habitants dans une logique de développement durable.
 



Les sites d'Ajaccio :

Communauté D'agglomération Pays Ajaccien I * AJaccio Palais Musée Fesch Opération Grand Site :: Les iles Sanguinaires et la Parata U Palatinu Parlami Corsu -->