Site officiel de la ville d'Ajaccio - Bienvenue à Ajaccio

Site officiel de la ville d'Ajaccio
Situ ufficiali di a Cità d'Aiacciu

@VilledAjaccio Cità d'Aiacciu CitadAiacciuTv citadaiacciu

Interview de Caroline Corticchiato, déléguée au développement social et vice-présidente du centre communal d'action sociale d'Ajaccio

L'élue nous présente les missions de sa délégation et ses projets pour le CCAS.



Etablissement public, le Centre Communal d’Action Sociale dispose d’un budget propre dont les recettes proviennent en grande partie de la subvention communale. Régi par un conseil d’administration, il définit son règlement intérieur, le règlement des aides qu’il octroie aux usagers, il définit son projet pluriannuel, il procède à l’analyse des besoins sociaux. Il est animé par des personnels sociaux et administratifs sous l’autorité d’un directeur, d’une directrice en l’occurrence, Barbara Serreri. Caroline Corticchiato, en charge du développement social et vice-présidente du CCAS d'Ajaccio nous présente sa délégation et ses projets pour développer la politique sociale de la Ville.

Vous êtes adjointe au maire d’Ajaccio, déléguée au développement social et au CCAS, et aussi conseillère communautaire, déléguée au développement social. Quelle est votre vision de la politique sociale sur le territoire ?
Caroline CORTICHIATO. La politique que nous conduisons est concertée et bénéficie d’un champ de vision panoramique. Les paramètres de mesure de la situation sociale sont sérieusement dégradés. Ils traversent tous les champs de l’observation sociale dont le territoire pertinent est le bassin de vie et non celui enfermé dans les limites cadastrales de la ville. Il faut concevoir des réponses globales qui dépassent le cadre de la délégation sociale, c’est-à-dire l’emploi, le logement, les services aux familles, les actions en direction des jeunes en difficulté, le traitement de la précarité, les aides possibles pour compenser la perte d’autonomie, les actions favorisant le maintien du lien social et simultanément permettant de lutter contre l’isolement… L’angle que nous avons choisi est aussi un chemin difficile qui exige de la concertation entre tous les élus concernés, entre tous les services, un exercice qui présuppose une analyse territoriale et la définition d’un programme validé par tous. Il faut du temps et de l’énergie pour construire cette politique. Au quotidien les services sous l’autorité des élus, dans leurs domaines de compétence, continuent d’agir, de proposer, d’améliorer quand cela est possible, leur performance. Ils n’attendent pas, l’arme au pied, que des équilibres nouveaux soient définis. Nous sommes, les uns et les autres, soucieux du maintien d’un état permanent de cohérence, d’équilibre. L’ambition n’est pas synonyme d’inquiétude.

Dans le contenu de vos délégations le terme "développement social" est récurrent, pouvez-vous nous préciser cette notion ?
C.C. Vous avez raison, je crois moi aussi au pouvoir des mots. Le développement social est bien le terme approprié. Il n’a pas été choisi au hasard. D’autres mots étaient en compétition : les solidarités, l’action sociale, la cohésion sociale. Cette dernière formule a un sens fort puisqu’elle fait référence à l’ensemble social, à la société. Le développement social intègre en outre l’idée de progrès, d’évolution sociale positive, d’amélioration, d’intervention c'est-à-dire qu’il fait référence à une démarche volontariste. Le développement social est une conception de l’action publique qui se veut participative et globale. Depuis quelques temps tout le monde a à la bouche le terme de citoyenneté, comme un rempart à la dégradation des liens sociaux, à l’incivilité, à l’errance. La citoyenneté c’est le cœur du développement social.
« Je veux proposer la mise en œuvre d’une politique sociale aux dimensions de la communauté d’agglomération. »

Le CCAS d’Ajaccio connaît une nouvelle dynamique, quelle est votre ambition pour développer ses actions ? Quelle est la feuille de route ?
C.C. Avant tout, il faut savoir que la loi NOTRe d’août 2015 a considéré que les communes de moins de 1 500 habitants n’étaient plus tenues de créer un CCAS, qui était jusqu’alors une obligation pour toutes les communes. Cette obligation n’était d’ailleurs pas respectée car vous pouvez imaginer qu’une petite commune n’a pas les moyens de créer une telle organisation et surtout de la doter de moyens, a minima budgétaires, qui répondent aux exigences de la loi. Ne serait-ce que l’obligation de réaliser chaque année une analyse des besoins sociaux (ABS) qui implique une ingénierie c'est-à-dire des qualifications. L’intercommunalité paraît davantage dimensionnée pour piloter une analyse qui renvoie à la question du territoire pertinent. J’ai fait allusion aux bassins de vie.
Le CCAS d’Ajaccio n’a plus réalisé d’ABS depuis 2010 et les statistiques retenues lors de cette analyse dataient de 2006 et de 2009. D’autre part le CCAS d’Ajaccio avait considéré en 2010, pour la première fois, qu’il fallait simultanément réaliser une analyse sur le territoire de la CAPA. En fait il s’agissait de deux ABS ou d’une duplication de l’ABS propre à la ville d’Ajaccio. L’idée était bonne cependant. L’analyse, autrement dit le diagnostic, est la base du projet. C’est pourquoi, compte tenu de ce qui précède, je veux proposer la mise en œuvre d’une politique sociale aux dimensions de la communauté d’agglomération. Le cadre du CCAS serait donc dépassé. Une information initiale a été dispensée au conseil des Maires et je me propose de rencontrer les maires des communes membres, qui sont les maîtres d’œuvre en la matière. J’ai un immense respect pour la fonction de maire qui est la fonction de proximité par excellence. C’est le maire qui connaît le mieux globalement son territoire. Et ce sont aussi les partenaires associatifs et institutionnels qui ont une partie des solutions. Voilà la feuille de route.


La semaine prochaine, Caroline Corticchiato, nous parlera entre autres du travail réalisé avec le docteur François Pernin, président de la coordination de lutte contre l'exclusion.
_______________________________________________________________________________________________________________________________________

Edition 2015 de la Semaine Bleue (photo R.S.)
Edition 2015 de la Semaine Bleue (photo R.S.)
L'ancêtre des bienfaisances sous Napoléon

Héritiers des bureaux de bienfaisances sous Napoléon comme tous les centres communaux d'action sociale, le CCAS d’Ajaccio est aujourd’hui  acteur des actions sociales et solidaires de la Ville. Jeunes, seniors, personnes handicapées, mère isolée avec enfants, chercheurs d’emplois, foyers en difficultés financières pour le règlement des factures d’énergie, nous pouvons tous en avoir besoin un jour. Ouvrez la porte du CCAS pour mieux le connaître et venez assister aux nombreuses manifestations proposées par le service.
 
 
 
 
 
 



Les sites d'Ajaccio :

Communauté D'agglomération Pays Ajaccien I * AJaccio Palais Musée Fesch Opération Grand Site :: Les iles Sanguinaires et la Parata U Palatinu Parlami Corsu -->